Alessandro Le Goff - Ordurier

C’était une soirée merdique d’automne, quand un homme vraiment dégueulasse et une femme qui ressemblait à une truie s’approchèrent de la prison des Baumettes. En arrivant devant l’entrée, ils furent tous deux sur le cul ; la porte était fermée. Leur teubée de fille avait pourtant certifié qu’il y aurait une soirée où ils pourraient se bourrer la gueule ce jour-là.


Ils étaient prêts à se casser quand ils virent sortir du bat un gars avec une chemise que même un homme des cavernes n’aurait pas portée. Ils lui demandèrent :

-Wesh man, tu sais si cette putain de fête du zonzon a déjà commencé ?

-Bande de crétins, vous êtes arrivés beaucoup trop tôt. Les portes du pénitencier s’ouvriront l’année prochaine. Je vous laisse attendre dans ce putain de parloir jusqu’à l’année prochaine, bande de chiens de la casse.


Alessandro Le Goff (1M1)

Posts récents

Voir tout

Manon Chevalley - Voyelles

Au éuue ue ee ouée auoe, u oe e ue e eue uaaaie aée aee u a aie a aae a èe e ieio u yae Auue ia. Aeu ea eée iiae u âie, i éoe e oue oe oe. Eu ie eu aai oua eiié ue a aieaio oaiée à oaio u eièe aieaie

Mona Zimmerli - Théâtre

Acte I, scène 1 : Thomas, Bérénice, Ubu Roi Le rideau s’ouvre sur plusieurs arbres aux feuilles orangées. Tout à droite de la scène se trouve une porte double avec “ AUGUSTUS PICCARDUS” écrit en gross

Zofia Myga - Sommaire numérique

17 heures. 25 octobre 2020. 16 degrés. 2 humains. 40 ans. 16, chemin de Bellerive. 1 porte fermée. 1 fête ? 30 ans ? 1 homme ! 1 question. 1 réponse. 1 an d’attente. Zofia Myga (1M4)

© 2020 Auteurs et Gymnase Auguste Piccard